Le Bon Matos : l’indispensable et le superflu(flu)

En vrai, très peu d’outils spécifiques sont indispensables pour pâtisser des recettes dites familiales, surtout que tu peux bidouiller façon MacGyver (hommage à la copine qui a utilisé une bouteille de sérum phy comme mini emporte-pièce). Mais si tu as envie de te faire plaisir ou envie de te lancer dans des machins plus élaborés, tu te demandes peut-être ce qui te serait vraiment utile ET de bonne qualité.

C’est une question qu’on me pose souvent #AlloOwiOwi

Et, j’avoue, j’adore les accessoires #hihi

Alors voici le 1er billet d’une série consacrée au bon matos, du plus indispensable au plus superfluflu, pour t’outiller si ça te botte.

Aujourd’hui : les trucs complètement dispensables qu’on aime d’amour

IMG_20160308_112254.jpg

1.Un cul de poule avec cul antidérapant

Ça a l’air con mais quel confort de plus devoir tenir ton bol pendant que tu mélanges ou que tu fouettes. Après 40 ans de bol pyrex qui glisse avec une lavette en-dessous, c’est un peu l’orgasme. Tu as le choix entre ceux en inox (qui ont l’avantage d’être solides et de travailler à chaud) et ceux en melamine (qui ont l’intérêt de pouvoir conserver ta pâte au frigo).

Sur la photo : cul de poule Equinoxe (inox), bol Rosti mepal (rouge, existe avec couvercle)

2. La maryse de bonne qualité qui racle VRAIMENT les parois de ton bol 

Bah ouais, ça existe. Fini les trucs rigides qui raclent comme un bout de bois. Tu peux enfin transvaser tes pâtes en moins d’un quart d’heure sans ulcère, c’est la LIBERATION. Cerise sur le gâteau : la demi maryse, qui passe partout partout.

Sur la photo : 2 maryses Mastrad

3. La pelle à gâteau

Histoire de pouvoir déplacer ton gâteau au peu fragile (ou ta pizza maison) sans en faire de la compote. Te sauve de la dépression du « pitain mais il était tellement beau AVANT ». 

Sur la photo : pelle Ibili

4. La cuillère magique

Pour mélanger avec facilité les préparations liquides, tes oeufs, dissoudre magiquement sucres et poudres (cacao), aérer ta farine pour gagner en légèreté. L’essayer c’est l’adopter. 

Sur la photo : un héritage familial

5. Un cake tester

Ou n’importe quoi d’autre de pointu pour vérifier la cuisson de tes gâteaux (même un cure-dent fait l’affaire) SANS LES DÉFIGURER : fais la même chose avec un couteau et pleure (j’emploie la sonde de mon thermomètre de cuisson). 

Sur la photo : pique du thermomètre de cuisson

Bientôt sur #OwiOwi  : les basiques, la question épineuse des moules, les machins techniques, les trucs de foufou (j’oublie quelque chose ?). Oui j’ai commencé avec le superfluflu #tome1, le superfluflu çay la vie.

Quand j’indique des marques, il s’agit de mon expérience perso: je ne reçois de sous de personne (ni surtout pas de chocolat et c’est bien dommage).

 

See you soon, little spoon…! 

 

Publicités

6 réflexions sur “Le Bon Matos : l’indispensable et le superflu(flu)

  1. Comment on t’adopte ?
    Sinon, faut que tu saches que pour les vraies gens qui n’ont pas ton passé ni ton présent culinaire (et n’ont pas la prétention d’avoir ton futur), c’est super facile de reconnaître sur la photo le « bol Rosti metal » parce qu’il est rouge et j’apprends donc ce qu’est un cul de poule.
    J’ai deviné par déduction ce qu’une maryse (moi je pensais que c’était la nounou de mon petit frère) c’est une spatule et que la cuillère magique ça doit être la machin qui touille. Pour le reste, je cherche encore la pelle à tarte, je me demander si les fleurs sont comestibles et si tu n’as pas oublié de drôles de menottes dans ton bol rouge.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s