Marmiton? #onononon

« Je l’ai fait avec des asperges. C’était pas bon ».

** commentaire concernant un gâteau **

(j’en ris encore)

Bon, ça nous arrive à tous d’être (biffer la mention inutile) :
* créatif
* contrariant
* à cours d’ingrédients
* la queen de la flemmattitude
* celle qui aurait dû lire avant BORDAYL

Puis parfois aussi, ça nous arrange bien de mettre les instructions à notre sauce. Surtout quand ça a l’air long/compliqué et que : la flemme. Surtout en salé, puis qu’on a bien entendu que la cuisine, c’était du feeling.

Mais même en sucré, alors qu’on nous a dit : c’est scientifique, c’est de la chimie, en nous faisant les gros yeux.

Allez le beurre mou, c’est comme le beurre fondu. Tamiser le sucre glace, c’est pour les faibles. Mélanger le chaud dans le froid ou le froid dans le chaud, who cares, après c’est tiède. Pourquoi la spatule délicatement alors qu’on peut touiller à la cuillère en bois.

Évidemment, après, on trouve parfois que le résultat a une drôle de tête.

Sans compter quand on commence à tout remplacer. A la fois.

Ou que t’as changé la taille du moule à gâteau, pour faire chic, et que tu te retrouves avec un cookie.

ALORS viens nous raconter ton pire marmitonnage. Ton résultat le plus chelou. Ton souvenir le plus drôle. Ta médaille d’or du n’importe quoi !!

Quant à moi, je vais plancher sur un billet (un jour, me presse pas) détaillant ce que tu peux changer /remplacer dans un dessert sans le mettre en danger de finir aux toilettes (ou apporté incognito au taf). Qu’est-ce que tu en penses ?

17 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Blou dit :

    Je ne sais pas vraiment si ça compte comme marmitonnage, mais une fois j’ai recyclé des sandwich triangles jambon beurre en croque monsieur. Et bien ça restait à base de jambon plein de flotte, malgré tout le fromage gratiné et fondu qu’on peut mettre. En plus ils n’auraient jamais du être dans mon frigo, mais bon jetter ça me plaisait pas.

    Aimé par 1 personne

  2. aevoleblog dit :

    Hummmmmmm le quatre quart qui cuit jamais ! Cru au milieu, desséché sur 3cm tout autour. Un vrai régal !

    J'aime

    1. wondermoumou dit :

      VOUS ÊTES L’HEUREUSE GAGNANTE D’UNE GRASSE MAT ! Mais tu avais marmitonné quoi de la recette originale ?

      J'aime

      1. aevoleblog dit :

        *pars se coucher en courant* jsais plus, j’men fous, jvais dormiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiir
        j’ai dû baisser le sucre (pour un quatre quart c’est très malin). Pis je l’ai refait 3 fois histoire d’être sûre que c’était moisi, tu vois !

        J'aime

        1. wondermoumou dit :

          Je baisse toujours le sucre :-) À mon avis, c’est la recette qui est pourrie 😁

          J'aime

          1. aevoleblog dit :

            Un jour je la comparerai avec celle que tu m’avais indiquée et qui était super bien !

            J'aime

          2. wondermoumou dit :

            J’avais eu le même coup avec une recette de 4 quart, testée plusieurs fois. A un moment, faut arrêter de se faire du mal :-)

            J'aime

          3. aevoleblog dit :

            Oui ! Avant je partais du principe que si c’était raté c’était parce que j’avais merdé qqpart. Maintenant je change de recette ^^’

            J'aime

  3. Googlematuer dit :

    C’était le 31 décembre au soir, et ma compagne de l’époque on préparait le repas, en plat de résistance : magret de canard à la poudre de dragées (by Cyril Lignac). 
Et le plat de résistance c’est moi qui le faisais.
    Je regarde la recette et je me dis : enfantin.
    Mais en fait…
    Recette : Faites un caramel avec le sucre (100 gr) et l’eau (5 cuillères à soupe d’eau).
    Réalité : Je mets le sucre et l’eau, et je fais chauffer. Ca commence à bouillir, c’est rigolo mais pas de caramel à l’horizon. Je rajoute du sucre…
    Recette : Quand le caramel est blond…

    Réalité : Ah ben non tient, toujours pas. Je rajoute du sucre. J’ai l’impression que quelque que soit la quantité de sucre que j’ajoute il y aura toujours autant d’eau… bizarre.
    Recette : Quand le caramel est blond…
    Réalité : aaaaaaaaaaaaarrrrrrrrrrrrrrrrrrrrgggggggggggggggg toujours pas ! Suggestion lumineuse de mon ex-compagne : il faut un feu plus fort. Je m’exécute et là miracle !
    Recette : Quand le caramel est blond, jetez-y les dragées.
    Réalité : Ah ben ça marche, le caramel devient blond, les dragées commencent à fondre, ça sent ultra bon… Ca a vraiment l’air ultra bon… mais un doute m’assaille, est-ce qu’il est vraiment bon ?
 Ni une ni deux, ne réfléchissant pas, en vrai aventurier, je prend le caramel avec ma cuillère, et de manière tout à fait ingénue, je le porte à ma bouche, alors que le caramel commence à brûler mon palais, mon ex-compagne me hurle que non il faut pas que je le fasse (elle avait le dos tourné, donc pas vu ce que j’allais faire). Dans un instant d’intelligence (qui me fera défaut tout au long de cette soirée), j’empêche ma langue d’aller se coller au caramel qui est en train de se cristalliser derrière mes dents de devant que je ne sens d’ailleurs plus. Je me précipite pour boire une bonne rasade de coca mais mon ex-compagne m’en empêche me disant que ca serait le meilleur moyen de faire exploser l’émail de mes dents et je veux pas ça hein ? Donc j’attends patiemment (ahem), la bouche en feu et l’impression que mes dents vont exploser et que mon palais va fondre. Au bout d’un certain moment (moins d’une minute en vrai, mais pour moi à peu près toute une vie) le caramel est devenu froid, j’ai horriblement mal, et il s’est cristallisé derrière mes dents de devant. En enlevant le caramel (je vous passe pas les détails) je m’aperçois que mon palais est brûlé et bien brûlé et ô surprise (ahem) je n’ai plus aucun goût. Zuper pour le nouvel an hein ?
    Recette : Retirez du feu et, à l’aide d’une spatule, versez ce mélange sur une assiette.
    Réalité : Ohhhhh mon premier caramel !!!!! J’ai mal mais le voir couler comme ça sur l’assiette avec une couleur parfaite et une odeur…. arg il sent trop bon. Je suis presque ému alors que bon c’est juste du sucre hein on est d’accord mais c’est mon premier caramel, j’y ai mis du mien (et c’est pas une façon de parler) et il est là, encore chaud, et embaumant la cuisine et mes narines (bien que l’épisode « brûlage du palais » ait largement entamé mes capacités olfactives). Enfin bref à part une petite douleur (oui je sais j’aime me plaindre) le spectacle est franchement agréable.
    Recette : Il forme un bloc solide.
    Réalité : Tient c’est vrai, ça se solidifie, bon lentement parce que c’est quand même brûlant. J’essaye de le mettre au frais mais j’ai peur que l’assiette explose (je me sens assez verni pour que ça se passe, que le caramel dégouline dans le frigo et que notre repas du nouvel an soit ruiné, ça ferait mal, mais pas au palais pour une fois). Alors je sors sur la terrasse mais comme il pleut un peu je pose pas l’assiette (oui bon) et j’ai beaucoup un peu l’air con avec mon assiette à bout de bras. Alors je rentre et je me décide à finalement la poser dans le frigo. L’assiette est encore brûlante, je sens le plastique du pack de coca sur lequel j’ai posé l’assiette commençait à fondre, ça m’étonne même pas. Mais j’ai besoin de repos alors je m’assois et là mon ex-compagne m’achève : « Tu sais ce qu’on aurait du faire ? Beurrer l’assiette parce que ça va être ultra tendu de décoller le caramel ».
    Recette : « concassez le caramel avec un rouleau à pâtisserie. »
    Réalité : Youpi j’en ai pas (enfin j’en ai un mais bien entendu je le trouve pas) alors je prends une spatule en bois. Le caramel est bien entendu totalement collé à l’assiette, la spatule n’est pas très convaincante. Alors je sors ce qu’on appelle un fusil mais reprenez vous c’en et pas un c’est quelque chose dont on se sert pour affûter les couteaux, c’est assez lourd et assez solide. Mon ex-compagne me dit : « Tu vas casser l’assiette. » Moi : »Meuuuh non »
    Je commence à m’attaquer au caramel, c’est rigolo des morceaux partent dans tous les sens. Je commence à mettre consciencieusement les morceaux de caramel aux dragées de coté. Je frappe je frappe, je m’éclate, et d’un coup : l’assiette se casse. Mon ex-compagne: « Je te l’avais dit. » Moi : »Tant pis. » Et je continue, on a donc bien récupéré la majorité du caramel et j’ai à peu près fait autant de morceau de caramel que de morceaux d’assiette.
    Recette : « Ensuite passez-le au mixeur : vous obtenez de la poudre de dragées. »
    Réalité : Ben là, à part les morceaux de caramel qui s’envolent dans tous les sens, ce fut une réussite, et on a obtenu une vrai poudre de dragées. On aurait dit du sel tellement c’était fin. Bien entendu comme j’avais rajouté beaucoup beaucoup de sucre j’en ai à peu près pour un an mais c’était pas bien grave.
    J’enfourne le magret je saupoudre de poudre de dragées et ENFIN je peux déguster ce magret. Malheureusement, l’absence de palais m’empêchera de vraiment en apprécier le goût.
    J’ai refait cette recette plusieurs fois, sans goûter le caramel. Mais par contre j’ai tué un mixeur à une autre occasion.
    Voilaaaaaaaaaaaa mon plus bel échec en cuisine 😀

    Aimé par 1 personne

    1. wondermoumou dit :

      HAHAHAHAHA le Marmiton de l’angoisse !!! Extraordinaire !! Merci tout plein :-)

      J'aime

    2. bouffeporn dit :

      Rhô pétard !!!
      Désolée pour le palais mais tellement merci pour le témoignage !

      J'aime

  4. Je change jamais rien sur Marmiton et c’est toujours nickel ! #CourageuseMaisPasTemeraire 😉

    J'aime

  5. Amélie dit :

    Tes 2 premières lignes m’ont fait mourir de rire, c’est tellement ça les commentaires de marmiton 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s