Les Monster Cookies

Au printemps 2019, j’ai été contactée par Deborah Dupont qui travaillait sur son livre « le Cookie de nos rêves » : est-ce que j’avais envie de publier une recette de cookies ? Évidemment.

J’étais justement à cette époque en train de développer une nouvelle recette qui se dérobait et m’obsédait : les Monster Cookies.

Inspiré par les cookies géants de la Levain Bakery de New York, que je n’avais jamais goûtés et dont la recette n’avait pas été révélée (j’aime la facilité), ces cookies me posaient un sérieux challenge… Comment retrouver le contraste crousti-fondant d’un vrai cookie quand il est 4 fois plus gros que d’habitude?

J’ai triomphé car le monde avait besoin d’un « cookie généreux et sauvage ». Pas celui que tu prends du bout des lèvres. Celui qui te renverse et que tu happes à pleine bouche.

Car qui n’a pas rêvé d’un cookie gros comme un camion, celui pour lequel tu aurais vraiment les yeux plus gros que le ventre ? C’est surtout son épaisseur qui change la donne, avec « un extérieur croustillant, un intérieur fondant et un cœur fudgy, coulant, presque cru, affolant » (ui, je me cite moi-même, tu vas faire quoi).

Faudra pas dire que je n’ai jamais rien fait pour l’humanité.

#5MinutesUnBolUnOrgasme

PS Si tu aimes mes cookies, jette un oeil à mon livre Le Gâteau dont tu es le Héros (sortie le 5 octobre, mais déjà en pré-commande)!

Source : un original by #OwiOwi, extrait du « Cookie de nos rêves » de Déborah Dupont et Géraldine Martens (dont le nouveau livre sort cette semaine et où il est à nouveau question de biscuits, « Le petit gâteau de nos rêves »).

Matos : une plaque à pâtisserie

Timing : 12h de repos au frigo et 12-14 minutes de cuisson

Ingrédients (pour 5 Monster Cookies)

Ingrédients secs

  • 140g de farine t55 (farine à pâtisserie, à 9% de protéines)
  • 50g de farine t65 (farine à pain, à 11% de protéines)
  • 1/2 cc de bicarbonate (pas de levure chimique) ou 2g à peser avec une balance de précision
  • 2 bonnes pincées de fleur de sel

Ingrédients humides

  • 115g de beurre à température ambiante, coupé en dés. Attention à ne pas le faire fondre, le beurre doit être ferme.
  • 100g de sucre brun (cassonade belge ou vergeoise)
  • 50g de sucre semoule blanc
  • 1 œuf + 1 jaune bien frais, à température ambiante
  • 1 cc d’un très bon café instantané (facultatif)
  • 1 cc d’extrait de vanille

Ajouts

  • 120g pécans (ou de noix), coupées en 2 (pas plus petit). Elles doivent avoir été toastées 10 minutes au four sur 180, étalées sur une plaque de cuisson en une seule couche (tu peux le faire à l’avance)
  • 170g de chocolat noir, minimum 65% de cacao, coupé en morceaux ou en grosses pistoles

Notes

1. Tu l’auras deviné en lisant l’intro, le défi de ce cookie repose sur sa structure : tu veux un camion, pas une crêpe.

* La combinaison des 2 farines est la garantie d’un cookie qui ne s’étalera pas, tout en gardant souplesse et fondance. Pour mieux comprendre la différence entre farine t55 et t65, j’ai un billet qui explique tout. Peu importe leur nom, qui varie parfois selon les marques, laisse-toi guider par le pourcentage de protéines indiqué sur le paquet (de farine de blé blanche).

Des cookies préparés uniquement avec de la farine à pâtisserie t55 ne garderont pas leur forme, ne seront pas croustillants à l’extérieur et seront difficiles à manipuler.

* Noix et chocolat jouent un rôle dans la structure du cookie. En mettre moins ou utiliser des petits morceaux aura pour conséquence un cookie plus plat et plus cuit, avec moins de contraste de texture.

2. J’utilise ici ma bonne vieille méthode de la flemme (verser les ingrédients secs dans les ingrédients humides) mais avec un twist, car le beurre n’est pas fondu. Cela demande un peu plus de travail et de préparation, car tu dois le sortir à l’avance et le travailler à la cuillère (sans pour autant devoir crémer le beurre dans les règles de l’art). Mais je t’assure que ça vaut le coup.

3. La combinaison de sucre blanc et brun a, elle, son importance pour obtenir la texture la plus décadente et accentuer le contraste crousti-fondant. Vérifie que tu utilise un vrai sucre brun et non un sucre roux teinté, qui n’aura pas le même effet (on en trouve souvent en magasin bio).

4. Ces cookies se dégustent exclusivement à la sortie du four, pour donner le meilleur d’eux-mêmes. Tu peut les cuire au fur et à mesure pendant leur repos de 48h au frigo ou congeler directement les boules de pâtes pour les cuire à ta guise (il suffit de rajouter 1-2 minutes de cuisson), le fameux Fast Freeze.

Zigidipou

1. Dans un bol, mélange les ingrédients secs à l’aide d’un fouet ou d’une cuillère magique.

2. Dans un grand bol, verse les sucres et le beurre. Écrase le beurre avec le dos d’une cuillère en bois ou une spatule rigide jusqu’à obtenir une crème dense, sans traces de beurre visibles. Racle bien les parois du bol. Incorpore vivement les oeufs à la cuillère en bois, avec la vanille (et le café si tu en utilises). La pâte devient légère.

3. Verse les ingrédients secs dans les ingrédients humides et continue de mélanger jusqu’à ce que la farine soit à moitié incorporée. Ajoute les noix et le chocolat et continue d’incorporer, en t’arrêtant dès qu’il y a plus de traces de farine. Attention à ne pas trop travailler la pâte.

4. Façonne à la main 5 boules de 160 g de pâte, bien rondes, hautes, lisses. Dépose-les sans les aplatir sur une plaque recouverte de papier cuisson, recouvre la plaque de plastique alimentaire et place 12 heures au frigo (et jusqu’à 48 heures).

3. Préchauffe le four sur 205 °C en mode chaleur tournante. Dispose 3 boules par plaque, bien espacées. Hop au four pour 12 à 14 minutes, ou jusqu’à ce que les bords soient secs et brunis mais le centre sous-cuit (si nécessaire, baisse le four à 180 °C pour éviter un coup de chaud, ça dépend de ton four).

Laisse refroidir les cookies 30 à 40 minutes sur la plaque. Pendant ce temps, ils vont finir de cuire et la pâte au centre va en partie se figer, tout en laissant le chocolat coulant. Y toucher avant implique de les manger à la cuillère…

A déguster aussitôt !

Note finale de la plus haute importance

Avec un gabarit pareil, tu te dis que c’est un cookie à partager. Mais pas du tout. D’ailleurs, je m’en suis fait un entier, juste pour voir si c’était possible. (tu seras d’accord avec moi qu’un tel accomplissement méritait bien un 2e cookie, nan je déconne).

See you soon, little spoon…!

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Alien dit :

    Les meilleurs cookies du monde! Ma recette préférée du livre!
    Merci, merci!!!!!

    1. OwiOwi dit :

      Ah génial, merci !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.